“Je suis le partisan d’un mixte énergétique innovant, audacieux mais également réaliste.“

Je considère que le nucléaire remplacé par les énergies renouvelables à 50% d’ici 2025 est une promesse intenable sauf à accepter de diminuer drastiquement nos besoins énergétiques et adhérer à la notion de décroissance.

Envisager la mise en place d’un mix énergétique pour réduire, petit à petit, la part du nucléaire est un objectif louable et faisable. En revanche la loi de 2015 sur la transition énergétique qui promet de faire passer à 50% la part du nucléaire dans la production d’électricité d’ici 2025 n’est ni pertinente ni tenable. Cela supposerait la fermeture de 17 réacteurs.

Depuis juin dernier, un nouveau Président, un nouveau gouvernement et une nouvelle majorité dont je suis un des représentants, doivent se saisir de cette question fondamentale du remplacement du nucléaire par les énergies renouvelables.

Dès l’été, j’ai échangé avec Monsieur le Ministre Nicolas Hulot  et j’ai pu constater son pragmatisme et son sens des responsabilités. En l’état actuel des avancées scientifiques, le solaire et l’éolien ne compenseront jamais la fermeture de 17 réacteurs nucléaires, sauf à se résoudre, à l’instar de nos voisins allemands, à rouvrir les centrales à charbon et à lignite.

Le doublement du parc éolien sur le mandat tel qu’il est envisagé ne fournirait que 10% de l’énergie nécessaire à notre pays. Une bien maigre compensation en regard des nuisances créées à proximité des éoliennes, sans réelle efficience.

Est-ce que chaque français est prêt à avoir une éolienne dans son jardin ?

En effet, si sur le papier une éolienne terrestre peut fournir, en fonction du modèle, environ 2 mégawatts contre 1300 pour le réacteur d’une centrale, il ne faut pas oublier qu’elle ne produise que sur 1/4 du temps, en fonction des conditions météorologiques. Son rendement n’est en réalité que de 20% contre 80% pour un réacteur. Par conséquent, ce sont des milliers d’éoliennes qu’il faudrait construire pour compenser la fermeture d’une centrale comme celle du type de celle de Paluel.

La priorité, c’est avant tout des habitations économes en énergie !

Ainsi, c’est par l’anticipation, la recherche, la volonté de développement technique, avec une prise en compte de l’évolution des modalités de vie future, de la multiplication du parc automobile électrique à venir, des nouvelles modalités de consommation et de confort qu’il faut envisager l’avenir.

Je suis  favorable à l’investissement dans les énergies renouvelables, Je suis un fervent défenseur des mesures encourageant les économies d’énergie telles l’isolation des bâtiments publics et privés. Une transition énergétique raisonnée dans sa mise en œuvre et bouillonnante dans les moyens alloués.

 

Laisser un commentaire